Les carnets de Ndeye – Afrique, Blog, Journal, LifeStyle…

les petits carnets de N'deye – le blog de Ndeye Sénégalaise de par mon père et franco-ivoirienne de par ma mère, j’appréhende la vie avec beaucoup d’optimisme. Je réside depuis quelques années dans une ville que j’aime beaucoup : Abidjan ; la capitale économique de la Côte d’Ivoire ; un pays de l’Afrique de l’ouest où je poursuis mes études en alternance avec mon nouveau boulot: le blogging.


Poster un commentaire

Une Journaliste dans l’enfer des femmes soldats …

Image

Francesca Tosarelli  est une journaliste photographe qui a une certaine fascination pour ces femmes qui transgressent les codes sociaux du genre : les femmes soldats.

A 29 ans, la jeune photographe Francesca Tosarelli est partie seule à la rencontre des femmes engagées dans les groupes rebelles qui parsèment les hautes montagnes du Nord-Kivu, dans l’est de la république démocratique du Congo (en Afrique Centrale).

Son projet est devenu une obsession depuis le jour où elle a rencontré, au Liban, un bataillon de femmes qui partaient se battre à Homs, dans l’enfer syrien. Ne pouvant se rendre en Syrie, la photographe a lu. Elle s’est documentée et passionnée pour ces femmes soldats “qui transgressent les codes sociaux du genre”. Elle cite volontiers Chris Coulter, anthropologue qui a longuement travaillé sur le sujet : “En temps de guerre, le code moral considère les femmes comme pacifiques et les hommes comme agressifs. Les femmes sont supposées être passives et donner la vie pendant que les hommes sont actifs et prennent la vie.

Le site web de la photographe, Francesca Tosarelli

Publicités


5 Commentaires

Murielle AHOURE – Abidjan à Rio 2016 : le Parcours d’une championne olympique…

Le blog de N’Deye – Parfois, nous sommes si pressés de franchir la ligne d’arrivée que nous oublions l’importance du chemin à parcourir. Le secret de la réussite de Murielle réside surement dans son envie de se surpasser pour l’Afrique . Oui mon père m’a dit un jour « …N’deye le jour viendra quand tu deviendras grande tu affronteras des obstacles ;  tu devras relever des challenges  ;  tu seras victorieuse je n’en doute pas mais quelquefois tu seras confronter à l’échec – oui car pour marcher et avancer dans la vie tu as dû tomber et te relever plusieurs fois – mais saches que les véritables récompenses, telles que l’augmentation de la force musculaire mentale et/ou de la force physique se trouvent toujours dans le processus de la musculation mentale et dans l’acharnement et la générosité que l’on met dans l’effort pour y arriver et réaliser ses rêves  ». Et lorsque j’observe le parcours de championne de la sprinteuse Murielle AHOURE l’Etoile filante d’Afrique je me dis que oui au bout du compte le chemin est la vraie récompense.

Muriel Ahouré

Murielle Ahouré – Record Woman d’athlétisme – femme Africaine de CI

Née à Abidjan en 1987, elle quitte la Côte d’Ivoire à l’âge de 2 ans et vit en France à Rouen une dizaine d’années, avant de rentrer en Côte d’Ivoire deux nouvelles années et de repartir à 14 ans pour les États-Unis, où elle commence l’athlétisme. Son père est général dans l’armée de terre ivoirienne. voici comment une jeune femme africaine peut se surpasser pour réaliser ses rêves.

Murielel Ahouré – le parcours d’une grande Championne !

  • En 2011, la jeune Murielle AHOURE établit son record personnel en 11 secondes 06 tierces.
  • En 2012, pour sa 1ère participation à une compétition internationale Murielle AHOURE devient vice championne du monde en salle à Istanbul. (voir la Video de l’IAAF )
  • En février 2013, Murielle Ahouré remporte le 60 mètre du meeting indoor de Birmingham, devant Shelly-Ann Fraser-Pryce en descendant pour la première fois de sa carrière sous les 07 secondes (06 secondes 99 tierces).
  • Le 8 juillet 2013 , Murielle Ahouré remporte le 100 mètre du Meeting international d’athlétisme de Sotteville-lès-Rouen en 10 secondes 91 tierces. Elle améliore donc le record national de Côte d’Ivoire de 08/100s. A chaque course, elle améliore son temps.

MURIELLE AHOURE – ETOILE D’AFRIQUE

une africaine championne olympique

à Rio de Janeiro au Brésil en 2016…

Moi j’y crois très fort – et vous ?

la championne Murielle AHOURE  avec ses médailles

la championne Murielle AHOURE avec ses médailles. (Abidjan/Afrique)

crédit photo :  SMITH KABIRU dans MURIELLE AHOURE l’ETOILE FiLLANTE D’AFRIQUE


3 Commentaires

mariages africains – la dot des femmes rwandaises du disctrict de Nyamasheke en Afrique centrale

mariage – un couple en vêtement de mariage traditionnel Africain

Une dot est un échange de biens qui accompagne le mariage dans certaines cultures. Il peut s’agir de biens dont la femme ou le mari sont dotés par leurs familles, ou d’un don à la famille de l’épouse ou de l’époux. La dot, dans l’usage actuel, se dit pour l’ensemble des cadeaux que l’un des mariés apporte à sa nouvelle famille, ou une forme de paiement aux parents de leur futur époux.

« la dot dans le mariage africain – Dans la ville de Nyabitekeri la femme pour son mariage doit apporter une dot bien plus conséquente celle de son future époux… » – Nyamasheke (Rwanda)

Au Rwanda, la tradition veut que l’homme dépense sans compter pour la dot de la femme qu’il désire épouser. Mais dans le district de Nyamasheke au sud-ouest du pays, la ville de Nyabitekeri semble vouloir appliquer les traditions africaines à l’envers. En fait à dans la ville de Nyabiteri au Rwanda la femme pour son mariage doit apporter une dot bien plus conséquente que la somme versée par son future mari, jusque à quatre fois plus que le montant accordé par ce dernier.

…Vélo, Casseroles, Matelas conjugal

A Nyabiteri (au Rwanda) en Afrique Centrale pour avoir un mari, la femme doit elle même apporter le matelas conjugal. Oui oui vous lisez bien – pour avoir un mari, la femme doit apporter à son futur époux le matelas conjugal et bien plus encore: un vélo et les ustensiles de cuisine pour la maison. Ce n’est pas une liste de courses mais bien la dot que les jeunes femmes du Rwanda doivent réunir pour se marier. Un matelas double de moyenne gamme coûte environ 40.000 francs rwandais (près de 50 euros), soit le salaire mensuel d’un instituteur. Pour les femmes non salariées, ce matelas est donc assez honéreux.

faut croire que labas au rwanda ; les hommes ça ne court pas les rues !?