Les carnets de Ndeye – Afrique, Blog, Journal, LifeStyle…

les petits carnets de N'deye – le blog de Ndeye Sénégalaise de par mon père et franco-ivoirienne de par ma mère, j’appréhende la vie avec beaucoup d’optimisme. Je réside depuis quelques années dans une ville que j’aime beaucoup : Abidjan ; la capitale économique de la Côte d’Ivoire ; un pays de l’Afrique de l’ouest où je poursuis mes études en alternance avec mon nouveau boulot: le blogging.


1 commentaire

Le premier congrès Africain de salsa

Musique Afro-Cubaine: Le premier Gongrès Africain de Salsa – CASA ABIDJAN aura lieu du Vendredi 23 au Dimanche 25 Mai 2014 en Côte d’Ivoire 

Le 1er congrès Africain de Salsa – CASA Abidjan 2014 est une plateforme de découverte et de perfectionnement des professionnels et amateurs de musique afro-cubaine en général et de la salsa en particulier, qui réunira sur le sol ivoirien plusieurs pays d’Afrique férus de salsa : Sénégal, Ghana, Benin, Kenya, Afrique du sud, Togo, RDC et Congo Brazza, Burkina, Guinée, Mali, Tunisie, Algérie, Nigeria, Angola, Maroc… Au total, le Congrès attend la participation de plus 5.000 de visiteurs et prévoit les activités suivantes : ateliers de danses salsa, conférence débat, sortie touristique, soirées spectacles et Gala, le 1er concours Africain de Salsa….

Pour cette première édition le comité d’organisation du CASA a invité des stars internationales : Jorjet Alcoce et Alexis Omar (des USA), MAGALI SHAKS et la TROUPE MESTYZA (France), LEE RIOS et COCO (USA). DJ JACK EL CALVO (France), DANIEL CUXAC (promoteur de musique Afro-cubaine et parrain)…. et bien d’autres venant de CUBA et d’Afrique.

Au titre des Partenaires locaux pour cette édition figure l’école de dance d’Abidjan Mamma mia de Annicet Chorégraphe.

La page facebook de l’évènement: AFRICA SALSA CONGRESS


2 Commentaires

Le nouchi, une langue populaire d’Afrique de l’Ouest en Côte d’Ivoire et la diaspora d’Afrique en Europe

Le Nouchi est une forme d’argot présente en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’ouest.

Origine du nouchi langue populaire de Côte d’Ivoire

nouchi-wikivoire-langue-argot-cotedivoire-afriqueLe nouchi est un mélange de français et de plusieurs langues de Cote d’Ivoire, il est apparu dans les années 1970. Il était à l’origine parlé par des jeunes citadins mal scolarisés ou délinquants, ne maîtrisant pas bien la langue française. Le Nouchi était pratiqué par eux surtout aux abords des marchés, des gares, des cinémas avant d’être véhiculé dans la plupart des couches sociales. De langue des petits voyous, le Nouchi est devenu la langue de la comédie populaire ivoirienne, voire de la musique ivoirienne. C’est aussi la langue de la « débrouille » dans les quartiers pauvres d’Abidjan. « nou », en malinké, signifie « le nez », tandis que « chi » veut dire poil. Cela donne en un mot, « poil de nez » donc « moustache » pour designer le méchant, à qui tout le monde voulait ressembler. Un « nouchi », c’est un homme fort, craint de tous et qui n’a peur de rien ni de personne.

Abidjan, la ville natale du nouchi

Cité urbaine cosmopolite d’Afrique de l’Ouest Abidjan est la capitale économique de la Côte d’Ivoire, dont la capitale administrative et politique est Yamoussoukro, et la ville la plus peuplée de l’Afrique de l’Ouest francophone. Elle est également la deuxième plus grande ville francophone intramuros et la troisième plus grande agglomération. Elle compte, selon les autorités du pays, en 2011, 6 783 906 habitants pour l’agglomération, et 4 351 086 habitants pour la ville, soit 20 % de la population totale du pays. Seule Lagos, l’ancienne capitale du Nigeria la dépasse en nombre d’habitants dans cette région. Considérée comme le carrefour culturel ouest-africain, Abidjan connaît une perpétuelle croissance caractérisée par une forte industrialisation et une urbanisation galopante.

Comment parler le nouchi de Côte d’Ivoire

Pour bien s’exprimer en nouchi il est important de connaitre tous les codes de base de ce langage populaire. Le nouchi est une langue qui se base sur des phrases courtes ou des adjonctions de termes tirés du vécu de la rue, de l’anglais, du français et des ethnies ivoiriennes ou même de celles de la sous-région ouest-africaine. Cependant on note des expressions propre aux nouchis et aux ziguéhis (les bad-boys des ghettos abidjanais) tels que : « têguê », « gbôlô » ou « daba le gaou » (tabasser quelqu’un) « daba mon garba » (manger mon attiéké à la friture de poisson thon); d’une part « daba » ou « gbolo » signifie « frapper, cogner ou vaincre » et d’autre part, il signifie manger. Dans le second registre, il faut le comprendre dans le sens d’avoir de l’appétit au point de finir toute son assiette. Des termes sont parfois utilisés de façon péjorative, il s’agit entre autres de « gaou », « gnata », « albert » et « brézo ». Le gaou, c’est la personne naïve; cet état est moins grave que celui de gnata. Ce dernier présente une difficulté d’adaptation. L »albert » ou le « brézo », c’est celui qui perdure dans l’inadaptation. La formation des expressions est illimitée et se développe aux gré des évènements heureux ou malheureux. C’est une langue en pleine expansion en Côte d’Ivoire, qui inspire et s’inspire de la culture populaire.

source: Wikivoire Blog


10 Commentaires

Les proverbes de mon père…

creative writting - Tim Seibles - chatham.edu

Dans la tradition Africaine les dictons et proverbes occupent une place de choix dans l’éducation d’un enfant. Combien de fois me suis je retrouvé dans mon enfance avec les autres membres de la famille à cogiter sur une phrase ou une expression énoncée par papa ; à questionner maman et les autres femmes de la maison. Et voir mon père afficher un petit sourire narquois en me donnant la signification profonde de chacun de ces  proverbes .

« Naya*, ce que je m’apprête à te révéler je l’ai reçu de mon père qui lui même l’a reçu de son père qui lui même l’a reçu de son grand père qui l’a reçu de son arrière grand père… » – Mon Prosaïque PaPa!

les proverbes ne sont pas que de simples traductions d’expressions générales en langage populaire – ou de vaines théories pour le développement moral de l’individu – bien au contraire. Savants mélanges de termes particuliers ; parfois difficiles à cernés pour le commun des mortels ;  mais oh combien plein de sens les proverbes ont depuis toujours été utilisés dans plusieurs cultures à travers le monde pour enseigner et transmettre le savoir et l’éducation. Pour peu que l’on veuille mettre en pratique leurs différents enseignements, les proverbes et dictons de la culture africaine pourrait contribuer au développement personnel et moral des individus.  

Petite note à l’attention des lecteurs
1) NAYA : c’est mon petit nom à la maison
2) Crédit image : le Poète TIM SEIBLES – Creative Writing – Chatham.edu


3 Commentaires

mariages africains – la dot des femmes rwandaises du disctrict de Nyamasheke en Afrique centrale

mariage – un couple en vêtement de mariage traditionnel Africain

Une dot est un échange de biens qui accompagne le mariage dans certaines cultures. Il peut s’agir de biens dont la femme ou le mari sont dotés par leurs familles, ou d’un don à la famille de l’épouse ou de l’époux. La dot, dans l’usage actuel, se dit pour l’ensemble des cadeaux que l’un des mariés apporte à sa nouvelle famille, ou une forme de paiement aux parents de leur futur époux.

« la dot dans le mariage africain – Dans la ville de Nyabitekeri la femme pour son mariage doit apporter une dot bien plus conséquente celle de son future époux… » – Nyamasheke (Rwanda)

Au Rwanda, la tradition veut que l’homme dépense sans compter pour la dot de la femme qu’il désire épouser. Mais dans le district de Nyamasheke au sud-ouest du pays, la ville de Nyabitekeri semble vouloir appliquer les traditions africaines à l’envers. En fait à dans la ville de Nyabiteri au Rwanda la femme pour son mariage doit apporter une dot bien plus conséquente que la somme versée par son future mari, jusque à quatre fois plus que le montant accordé par ce dernier.

…Vélo, Casseroles, Matelas conjugal

A Nyabiteri (au Rwanda) en Afrique Centrale pour avoir un mari, la femme doit elle même apporter le matelas conjugal. Oui oui vous lisez bien – pour avoir un mari, la femme doit apporter à son futur époux le matelas conjugal et bien plus encore: un vélo et les ustensiles de cuisine pour la maison. Ce n’est pas une liste de courses mais bien la dot que les jeunes femmes du Rwanda doivent réunir pour se marier. Un matelas double de moyenne gamme coûte environ 40.000 francs rwandais (près de 50 euros), soit le salaire mensuel d’un instituteur. Pour les femmes non salariées, ce matelas est donc assez honéreux.

faut croire que labas au rwanda ; les hommes ça ne court pas les rues !?

 


2 Commentaires

Proverbes et Dictons Africains …

une sélection de proverbes et dictons à méditer

 

Proverbe n°1 Lire la suite